1. Sexe et loyauté


    Datte: 15/05/2019, Catégories: Anal Mature, Voyeur / Exhib / Nudisme

    Je ne suis pas toujours fier de mes exploits. Encore peut-on parler d'exploit à cet égard ? La forfanterie est le lot de nombre de mâles. Surtout quand ceux-ci se targuent d'être tombeurs ou collectionneurs de bonnes fortune. En l’occurrence cet été j'avais été convié par un ami à le rejoindre dans sa propriété près de Montpellier. Ce singulier ami était un cadre important d'une boîte dont j'avais été licencié. Il m'avait tant bien que mal soutenu. Manifestement pétri de culpabilité, il voulait se racheter maintenant. Il voulait m'entretenir de projets qui me relèveraient.Je me vis contraint d'accepter dans la mesure où cette offre était sincère et peut-être décisive pour mon prochain avenir. Je n'en détestais pas moins secrètement cet homme que j'ai baptisé trop vite : Mon ami. Il est mon partenaire de tennis. Je l'ai souvent battu à ce jeu. Il en a résulté une sourde rivalité entre nous. J'ai idée qu'il n'avait pas été mécontent de mon infortune. Bref notre relation était, j'en conviens des plus troubles pour ne pas dire perverses. On peut concevoir des vacances d'été plus saines plus apaisées. Ainsi arrivais-je chez lui rempli de toutes ces préventions.Il a une femme remarquable. Elle est plus sensuelle, énigmatique que belle. Encore faudrait-il pouvoir définir ce qu'est la beauté chez une femme. Elle m'a en tout cas toujours impressionné. Je ne l'ai approché que de loin. Elle semblant m'esquiver et moi faisant de même. Ces vacances nous donnaient l’occasion de nous  rapprocher davantage. Il est possible que cette singulière perspective fut la raison secrète que j'acceptas une telle invitation. Aussi ne fus-je pas peu déçu le premier jour de savoir quelle était partie en goguette avec une amie au pays basque. Je dus ronger mon frein.Son mari ne m'avait pas raconté des histoires. Ses propositions quant à mon avenir étaient concrètes, solides. Il pouvait me faire bénéficier de ses réseaux. Il m'assurait que ma candidature serait plus que soutenue par lui. Je dus convenir en moi-même que je l’avais jugé trop sévèrement. Que du moins il était loyal. Bref je n'avais pas fait le voyage pour rien. L'horizon des prochains mois se dégageait. Je retrouvais confiance. Volontiers acceptais-je ses apéros et piquais-je une tête dans sa piscine. Même fis-je exprès mais avec subtilité de lui céder un ou deux sets sur le tennis.Madame ne devait rentrer que le surlendemain. Le pote prit prétexte de cela pour s'offrir une bonne soirée de boîte avec des filles. En somme il ne répugnait pas à tromper sa femme et à s'afficher en joyeux libertin. Curieusement ce comportement me choqua. Il renchérit en expliquant que l'amie avec laquelle était partie sa femme, était aussi une maîtresse. Sa femme le savait. Il me laissait subodorer entre eux quelques à trios savoureux. Bref nous ramenâmes deux filles ce soir-là. Je baisais une brune avec un mince enthousiasme. J'en dis tout le contraire le lendemain au copain.Annie _ ainsi se prénommait sa femme _ parut enfin flanquée ...
«1234...»