1. Le Loup-Garou (2)


    Datte: 10/09/2019, Catégories: Zoophilie,

    Cette partie de jambes, ou plutôt de pattes en l’air avait totalement retournée Gaëlle : Elle ne fantasmait plus que sur ce superbe être mi-homme mi-loup, au corps d’Apollon et au sexe infernal. La jeune femme attendit une petite semaine pour se remettre de cet événement. Elle voulait y retourner, mais cette fois-ci, ce serait la Belle qui dominerait la Bête. Gaëlle savait que la créature n’était pas qu’un être sauvage et lubrique : elle ressentait des émotions, et la jeune femme voulait lui faire plaisir. Elle acheta quelques vêtements sexys et de la lingerie en dentelle noire, qui faisait fantasmer tout les hommes, et des bottes sanglées en cuir. En revenant de l’Université, elle décida de passer la soirée dans la petite maison du Loup. Ses parents et son frère étaient absent, et elle en profita pour choisir sa tenue : porte-jarretelles, gants en satin, collants, mini-jupe et un chemisier noir au décolleté plongeant. Quelques touches de parfum, du maquillage, une jolie frange et un coup de ciseau aux poils pubiens, et elle parti en direction de la maison. Les lumières de la chambre étaient allumés, comme si le Loup savait qu’elle allait venir. Gaëlle pénétra dans le jardin abandonné, s’essuya les pieds sur le paillasson miteux et tourna la poignée. Elle alluma la lumière du couloir et lança un petit « coucou ! » et obtint un aboiement en réponse. La jeune femme s’avança jusque dans la chambre ; la chambre était éclairée par une centaine de bougie disposée le long des  murs et une odeur de rose planait dans la pièce. L’Homme-Loup était assit au pied du lit, et lança un regard tendre à la sublime rousse qui venait d’entrer dans la pièce. Elle laissa tomber son sac à main par terre, et commença à se déshabiller. Elle défit les boutons de son chemisier, dévoilant son soutien-gorge. L’animal tendit les bras pour attraper la jeune femme ; ses mains si humaines touchèrent les seins de Gaëlle, qui imita l’animal en posant ses mains sur les pectoraux du Loup, mais elle le repoussa pour le faire tomber sur le dos. Elle lui lança un regard hautain, suivi d’un rictus en coin tout aussi hautain. Elle s’agenouilla et attrapa d’une main ferme les testicules de l’Animal. « Tu t’es bien remis mon salaud hein ? » déclara Gaëlle en touchant les bourses grosses comme des pamplemousses. L’énorme sexe rouge de la bête jaillit au contact des gants en satin de la jeune femme sur ses couilles. Gaëlle plongea le visage vers la paire de gonade et les lécha avec avidité. Chaque coup de langue donnait au Loup un spasme de plaisir, mais l’animal n’avait encore rien vu. Gaëlle attrapa les cuisses du Loup et les souleva, pour dévoiler son sanctuaire des sanctuaires : un anus d’une propreté irréprochable, beige et ferme. La jeune femme inséra sa langue dans le trou du Loup, qui serra les poings alors que Gaëlle lui bouffait le cul. Le goût de son fion était doux et agréable ; plus agréable que celui des ex-copines de Gaëlle. Alors que le Loup allait jouir, Gaëlle appuya un ...
«123»