1. L'importun 3


    Datte: 09/10/2019, Catégories: Entre-nous, Hétéro

    Je l’étreins et je mets un terme aux discussions stériles. Dans le danger d’être doublé dans son cœur et dans ses sens, je dois me montrer le meilleur amant et le mari le plus prévenant. Je dois entourer Marie d’affection, de tendresse, je dois surtout maintenant enchanter ses sens. Je l’embrasse sur la bouche, je plaque des baisers sur son cou, je marque sa nuque d’un suçon, Marie n’ose pas protester pour une fois. t Car elle sent qu’il suffirait de peu pour que je pose des questions trop précises sur sa relation avec Sylvain. Sur ce corps connu par cœur, mes doigts chassent les places sensibles, les coins de peau qui frémissent sous le contact. Elle soupire lorsque, entre ses cuisses, ma main se colle à ses grandes lèvres charnues ornées d’une abondante toison brune aux poils frisés. Elle me balance un coup de ventre quand mon majeur franchit les nymphes. Rarement la première introduction d’un doigt en elle a été aussi facilitée que ce soir. Le vagin est lubrifié comme aux moments de la plus forte excitation consécutive à un cunnilingus ou à des frottements appuyés des parois avec mes doigts ou à fortiori par mon sexe. Cette fois je rencontre les traces d’un événement récent et dont la nature est évidente. Quelqu’un, avant moi, a pris ses marques dans le vagin de ma femme. De nouveau surgit la question. Comment ce phénomène de lubrification se justifie-t-il sans attouchements récents ou hors d’un rapport sexuel brusquement interrompu ? Je cache mon désarroi en agitant le  majeur, vite rejoint par l’index et l’annulaire. J’accumule sans le vouloir les indices d’un début de rapport que mon arrivée a dû interrompre. Malgré les dénégations de Marie, je suis presque sûr que Sylvain avait poussé son avantage jusqu’à introduire sa queue ou au moins sa langue et des doigts dans une fente accueillante, où la cyprine témoigne encore de l’excitation avancée qu’il y avait créée. Les mouvements rapides de mes doigts augmentent l’écoulement de cyprine, provoquent des sursauts incontrôlables de tout le ventre et du bassin d’une Marie devenue très rapide à répondre aux sollicitations. Elle se laisse tomber à la renverse sur le bord du matelas et tend son sexe pour mieux recevoir la charge de mes trois doigts. Elle supplie soudain d’une voix chevrotante : - Chéri, suce mon clitoris, s’il te plaît. S’il te plaît suce moi. Elle lève les pieds, les jambes, ouvre grand les cuisses, retient ses genoux avec ses mains, m’expose le saint des saints, la grotte miraculeuse entre les buissons humides.. Malgré la touffe de poils, je vois les bords enflés de la chatte excitée et je note que certains poils brillent sous l’effet des fuites du liquide lubrifiant surabondant. Je fais le sourd. Je ne voudrais pas m’abreuver de mouille peut-être, mais mêlée d’un sperme étranger, probablement si…Sylvain m’a précédé dans ces lieux réservés en général et en théorie au mari. Le salaud de ma salope ! Quand le visage, le cou et le haut de la poitrine tournent au rouge vif, sous l’afflux ...
«1234»